Nuit blanche

NUIT BLANCHE

Bruno-Michel ABATI

 

 

Errant sans but dans un monde nuance de gris,

J’ai vu passer une nuit blanche. Elle absorbait,

Tel un trou noir, les scories de toutes les plaies

Que rejette le grand fleuve Monotonie.

 

Toutes les couleurs étaient là, vives et rebelles,

Et même si mon œil malade ne pouvait

Les distinguer, je les sentais qui se mouvaient

En une danse expiatoire et rituelle,

 

Au silence d’une musique, qu’assurément

Elles seules devaient percevoir. Un sentiment

Confus s’est joint à moi pour regarder partir,

 

Bien malgré moi, cette nuit blanche de souvenir.

Je l’ai suivie jusqu’à temps qu’elle ne disparaisse

Me laissant seul sur le rivage de mes promesses.

 

16 Avril 2013

brunomichelabati

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *